">
Du Mas Des Névas

Du Mas Des Névas

Sibérien

Les allergies et le sibérien

Les allergies et le sibérien

  Outre leur tempérament et leur beauté, l’une des raisons les plus fréquentes amenant à l’achat d’un chat Sibérien est sa  réputation d’être hypoallergénique. Mais la question de l’allergie aux félins et le cas particulier du Chat Sibérien sont deux sujets complexes que je vais tenter de vous expliquer ci-après. 

 

 



 

Le phénomène de l'allergie aux chats

Le phénomène de l'allergie aux chats

Souvent on entend dire « je suis allergique aux poils de chats », mais cet énoncé est très général et ne rend pas compte de la cause véritable. La première chose que les gens observent c’est qu'en présence de poils leur système immunitaire réagit. Pourtant, contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les poils qui sont à l’origine des problèmes allergiques mais les allergènes qu’ils contiennent.

 Le principal allergène responsable de l’allergie au chat est la glycoprotéine Fel d1, sécrétée par les glandes lacrymales, sébacées, salivaires et péri-anales des chats. Ainsi, on retrouve l’allergène Fel d1 dans leur salive, dans leurs squames (peaux mortes), leurs larmes, leurs matières fécales, leurs urines, mais aussi dans leurs poils et dans leur environnement (bacs à litière, canapés, coussins, lits, tapis constituent d’excellents réservoirs à Fel d1, les particules allergisantes pouvant y rester actives pendant des mois).

  On comprend alors qu’acheter un chat sans poil n’est pas la solution pour les personnes allergiques aux chats, alors qu’acheter un chat Sibérien qui produit la protéine Fel d1 en faible quantité pourrait sembler l’être… Mais la réponse à la question de l’allergie féline n’est malheureusement pas aussi simple. Chaque cas est particulier et il faut notamment savoir que :

    - La sévérité de la réaction est variable d’une personne allergique à l’autre (pouvant aller de la simple légère irritation des yeux et nez bouché à d’importantes difficultés respiratoires) et l’exigence de faiblesse des taux de Fel d1 ne sera donc pas identique selon le niveau allergique de la personne. Ainsi, une personne allergique sévère commencera à déclarer des symptômes à un taux d’allergènes inférieur à celui d’une personne allergique modérée.

     - La glycoprotéine Fel d1, principal allergène responsable de l’allergie au chat, n’est pas seule en cause. Il existe en effet d’autres allergènes félins (Fel d2, Fel d4…) auxquels certaines personnes sont malheureusement sensibles également. Pour ces personnes résoudre le problème de la protéine Fel d1 ne suffira alors pas à résoudre le problème de leurs réactions allergiques aux chats car les Sibériens ont souvent des taux réduits de l’allergène Fel d1, mais produisent probablement des quantités normales d’allergènes secondaires. L’expérience montre que les gens qui sont très allergiques aux lapins, aux chevaux et aux chiens, ou qui présentent des allergies alimentaires à la viande de porc, au blanc d’œuf et au lait sont plus susceptibles de réagir malgré des niveaux faibles de Fel d1.

Le cas particulier du chat Sibérien

Le cas particulier du chat Sibérien

Le chat Sibérien a la réputation d’être hypoallergénique, mais il ne faut pas confondre hypoallergénique (qui diminue les risques d’allergie, cf chapitre ci-dessus) et anallergique (qui ne provoque pas d’allergie). Il n'y a pas de chat anallergique

Les études nous apprennent que :

  - Les individus de la race sibérienne ont des niveaux de Fel d1 bien plus bas que la majorité des autres chats, d’où leur tolérance fréquente par les personnes souffrant d’allergies modérées.

     - Seulement 15% des Sibériens ont des niveaux d’allergènes suffisamment bas pour le placement dans des foyers souffrant d’allergies sévères au chat.

  - L’accouplement entre chats aux taux d’allergènes Fel d1 élevés produit toujours des chatons allergisants, alors que l’accouplement entre chats aux taux faibles d’allergènes a de bien meilleures chances de produire des chatons à faible teneur en allergènes.

      - La production de l’allergène Fel d1 est sous contrôle hormonal et les taux sont plus élevés chez les mâles non castrés que chez les femelles (après stérilisation les niveaux d’allergènes baissent fortement chez les mâles au point qu’il n’y a alors plus de différence avec les femelles).

      - Pour des raisons hormonales également, les taux d’allergènes augmentent souvent chez la femelle en fin de gestation et lors de l’allaitement.

      - La longueur du poil n’a aucune influence sur la quantité d’allergènes produite, pas plus que la couleur de la robe.

 

Conclusion

Conclusion

Par conséquent, il est évident que nous ne pouvons en aucun cas garantir que vous ne déclencherez pas du tout de réaction à nos sibériens, souvent les adoptants ont besoin de quinze jours à un mois d'acclimatation à leur nouveau pensionnaire afin que leur corps s'habitue.

Les allergènes dépendent des lignées et de chaque individu, veillez donc à visiter l'élevage dans lequel vous aller adopter pour mettre toutes les chances de votre côté.