">
Du Mas Des Névas

Du Mas Des Névas

Sibérien

Histoire du chat sibérien

Histoire du chat sibérien

L’histoire du chat sibérien commence avec l’ouverture du pays au monde occidental, c’est-à-dire au moment de la chute du mur de Berlin et de la Pérestroïka (1989), ce qui aboutit à la reconnaissance de la race du chat sibérien par les instances internationales et se fait connaître d’abord en Allemagne puis dans les autres pays européens.

Dans l’histoire, le chat était important en Russie : on pense que le chat de Sibérie est un croisement entre le chat domestique, importé par les colons russes en Sibérie, et le chat sauvage des Monts Oural et du plateau de Sibérie centrale, et des monts du Caucase. L’importation de ces différentes ethnies félines à Saint-Pétersbourg pour lutter contre les rats, associées aux chats porteurs de gène néva (de la région du fleuve du même nom) est à l’origine de cette race. On a également trouvé des chromosomes du chat du désert dans les gènes du Sibérien.

Dans la race sibérienne, on compte les sibériens classiques (toutes les couleurs de robes ou presque) et le Neva Masquerade, qui est de type colourpoint (clair sur le corps, extrémités plus sombres et yeux bleus). Certains mettent en doute la pureté de cette variété car selon eux le sibérien Néva Masquerade serait issue de croisements avec des siamois ou des sacrés de Birmanie. Une autre vérité tient certainement dans le fait que lors de l'importation massive de chats à Saint-Pétersbourg pour endiguer une prolifération de rats, certains chats étaient effectivement des siamois ou des birmans importés par les familles nobles russes et des descendants de ces chats retournèrent à l'état sauvage.

Dans la décennie de 1980, lors de la Pérestroïka, les lois s’étant assouplies, certains Russes se sont intéressés à l’élevage de chats. Ce qui fait qu’en 1987, le premier pedigree officiel de la race a été établi en Russie par la Kotefei qui était à l’origine une association canine.

Le premier standard est établi.

Puis en 1988, ce standard est révisé à Francfort en Allemagne. Il a été accepté en 1990 par le QCF. La catégorie du Néva Masquerade qui est une variante de couleur du chat de Sibérie (chat sibérien), est comprise dans ce standard et doit être jugée selon ce standard. À St-Pétersbourg, à partir de 1986, le Néva Masquerade est d’ailleurs élevé selon ce programme.

Ce standard a été accepté par le WCF avec une rectification en 1992.

Quelques dernières retouches ont été faites à Paris avec le LOOF et la SCFF en 1995.

Puis par la FIFE en 1997.

La TICA en a établi en 1998.





- En Allemagne, Tima le mâle, et Mussa, chatte tabby rousse et blanche, sont arrivés à Berlin en 1987 importés de Saint-Pétersbourg. Hans et Betti Schulz (chatterie Newjskij) commencent l’élevage du Sibérien en 1989. Les chats de Sibérie sont à présent très répandus dans ce pays.

- En Tchécoslovaquie, également la race arrive chez Mmes Reslova et Klepetkova.

- En France, 1989 est également l’année de naissance de Viking, mâle Sibérien importé par M. GRINGET, juge international toutes races, ayant participé à l’élaboration de son standard, qui s’intéresse à cette race et décide en 1990 de lui commander des fiancées. Il crée également en France avec Mme Elke Freshe, juge international toutes races, les bases du premier club du Chat de Sibérie en 1993.

- Aux USA toujours en 1990, E. Terrell importe ses premiers Chats de Sibérie pour sa chatterie Starpoint.



Petit à petit, cette race se répand. Actuellement, le chat de Sibérie a conquis le monde jusqu’en Australie, et en Afrique du Sud. L’Asie n’est pas en reste et possède également ses chatteries au japon, Singapour, et autres pays.

En 1990, une quinzaine de spécimens étaient répertoriés en Europe de l'Ouest.